Menu

  • collapseDeutsch (439)
  • collapseEnglish (63)
  • expandEspañol (65)
  • collapseFrançais (75)
  • expandItaliano (33)
  • expandNederlands (28)
  • expandOther Languages (8)
  • expandTürkçe (60)
  • expandРусский (20)

Salutations de “Gegen die Strömung” à l’occasion de la 3e conférence du parti:

A toutes les forces orientées vers le communisme scientifique du monde entier!

Salutations de "Gegen die Strömung" à l'occasion de la 3e conférence du parti:

 

Salutations de «Gegen die Strömung» à l'occasion de la 3e conférence du parti:

A toutes les forces orientées vers le communisme scientifique du monde entier!

30 ans après la fondation de «Gegen die Strömung» en 1 974, la 3e conférence du parti a eu lieu en novembre/décembre 2004.

Nous pensons que pour ces 30 années, on peut se concentrer sur trois particularités ou également caractéristiques marquantes qui distinguent la lutte et le travail de «Gegen die Strömung»:

Premièrement on a déployé et on déploie encore beaucoup de temps et d'énergie, beaucoup de travail et de luttes à rétablir le contexte intérieur du mouvement communiste mondial, depuis Marx et Engels, en passant par la révolution d'Octobre et la période de Lénine et de Staline contre la trahison des révisionnistes modernes, à placer le «travail de conseil» avec Marx, Engels, Lénine et Staline sur le devant des débats idéologiques et à défendre de pied ferme dans des débats actuels cette tradition et cette continuité même au prix d'un isolement provisoire.

Ce travail vraiment important afin d'assurer cette ligne de continuité est une caractéristique spécifique du travail de «Gegen die Strömung» qui ne doit pas s'affaiblir mais au contraire être renforcé. Il ne s'agit pas du tout d'une affaire purement théorique mais ce travail entre bien au contraire dans le cadre du lien interne aux événements historiques mondiaux des luttes communistes avec la ferme conviction de poursuivre cette voie et de ne pouvoir emprunter aucune autre «nouvelle» voie qui aboutisse au révisionnisme et à l'opportunisme.

Deuxièmement, nous prétendons créer et propager le contexte interne entre la morale communiste et la volonté d'agir, entre la haine contre l'impérialisme allemand et l'internationalisme prolétarien dans nos propres rangs et vers l'extérieur. Nous sommes parfaitement conscients qu'il s'agit ici de missions de longue haleine sans pour autant sombrer dans les invectives pseudo-radicales petit-bourgeoises en raison des manœuvres réussies de tromperie et de campagnes de haine de la bourgeoisie sur l'embourgeoisement complet des ouvriers et des ouvrières en Allemagne prétendument surmontable ou insurmontable. Au contraire, nous disons à la classe ouvrière, sans faire de salamalecs, telle qu'elle est aujourd'hui qu'il ne peut y avoir d'autres forces sociales révolutionnaires que la majorité de la classe ouvrière; bien que nous soyons — parfaitement conscients que c'est précisément ici que l'on rencontre des difficultés du fait qu'à ce problème fondamental du révisionnisme moderne en Allemagne vient s'ajouter le poison du chauvinisme allemand.

Troisièmement, l'intensification d'un travail sérieux scientifique sur une base communiste en vue d'annihiler les mythes, les falsifications de l'histoire et les crimes passés sous silence bourgeois-impérialistes est une caractéristique du travail de «Gegen die Strômung». Il est d'autant plus important en raison de la pléthore existant déjà ou à venir de falsifications et de mensonges sur l'histoire contre lesquels nous devons être armés selon nos possibilités pour briser l'autorité de l'impérialisme allemand par le biais d'arguments et d'un travail de conviction.

Depuis la 2e conférencedu parti en 1 996 — la 1' conférence du parti a eu lieu en 1 989 — 8 ans se sont écoulés pendant lesquels l'impérialisme allemand a poursuivi son avancée vers le militarisme et le revanchisme après l'annexion de la pseudo- socialiste RDA.

Les documents de la 3e conférence du parti donnent tout d'abord, dans son introduction, une analyse rétroactive des modifications survenues dans la situation internationale et dans la situation en Allemagne ces 15 voire surtout ces 8 dernières années. Sans passer sous silence

ou minimiser d'une façon défaitiste tes actions de la résistance existant en Allemagne et dans le monde, le bilan réel est qu'au niveau international, l'impérialisme mondial poursuit de plus belle sa marche en avant, que le risque de guerre entre les grandes puissances impérialistes s'accroît et que l'impérialisme, le militarisme et le revanchisme allemands en particulier s'étendent tant en Allemagne qu'à l'étranger.

Au niveau international, le fait le plus marquant des actions de l'impérialisme allemand est que depuis l'intervention en Irak des impérialistes US — en coalition avec les impérialistes anglais — il travaille de plus en plus à créer des alliances rivales à l'impérialisme US, qu'il cherche à dominer de plus en plus TUE et à développer ses propres activités de grande puissance loin à l'Est et sur tous les continents dans son «rôle d'opposition» à l'impérialisme américain et pour cela en cherchant le soutien de sa propre population, en ayant massivement recours également en Allemagne à la propagande revanchis-te — et ce, avec un certain succès. Avec son armée, la Bundeswehr, l'occupation de territoires étrangers en particulier en Yougoslavie et en Afghanistan par l'impérialisme allemand est présentée comme une évidence. Il faut insister sans ambages sur la phrase de Karl Liebknecht et en renforcer la propagation actuelle: «L'ennemi principal se trouve dans son propre pays!».

En Allemagne, dans la tradition de la propagande de Goebbels et ce, avec un certain succès, l'impérialisme allemand essaie de séduire la population dans les mailles de l'idéologie de la «race des seigneurs» en organisant alternativement ou en même temps des campagnes parfois contre la population juive, parfois contre les Sintis et Roms, ensuite contre les «Musulmans», contre les Turcs, contre les «Arabes» ensuite de nouveau contre les gens de couleur, ou bien contre les handicapés ou contre les personnes à tendances homosexuelles puis de nouveau contre les personnes percevant l'aide sociale ou les sans-abri. L'expulsion criminelle hors de l'Allemagne de plus de 30.000 personnes par an, dont des activistes démocratiques et révolutionnaires, qui sont livrés à des Etats tortionnaires et les actions meurtrières de la police des frontières pour empêcher l'immigration ont coûté la vie à plusieurs centaines de personnes ces 15 dernières années.

Même si les répressions d'Etat, la fascisation représente la caractéristique principale, l'avancée des nazis agissant ouvertement dans les rues et dans différents parlements régionaux du pays signifie pour les initiatives et les organisations luttant contre les nazis une menace directe de toutes les personnes catégorisées par les nazis comme «non allemandes». Plus de 100 personnes ont été assassinées par les nazis dans la rue ces quinze dernières années.

Le mouvement ouvrier en Allemagne prenant la parole dans quelques actions importantes regroupant des dizaines de milliers a montré par des grèves prolongées et plus importantes que la seule force pouvant vraiment s'opposer à l'impérialisme allemand est la classe ouvrière consciente et organisée dans la lutte contre l'aristocratie des ouvriers. Mais il a été clairement montré le poids du pouvoir de la direction des syndicats, bien payée, qui réussit à chaque fois à imposer tergiversation et division contre les activistes de la classe ouvrière en maniant le bâton et la carotte.

Et aussi dans le mouvement de la jeunesse, à orientation démocratique et partiellement révolutionnaire, contre les nazis, les expulsions, contre le milita-

risme, contre la politique de guerre de l'impérialisme allemand, les forces révisionnistes, trotskistes et anarcho-autonomes possèdent encore, avec un concept commun d'antistalinisme/anticommunisme, une influence importante qui doit être brisée.

Partant de cette évolution, la 3e conférence du parti a décidé par une déclaration fondamentale et des thèses précises sur la ligne politique et idéologique et sur une ligne claire pour la mise en place d'un parti communiste de rechercher la discussion offensive idéologique, de faire avancer la solidité dans ses propres rangs et de rechercher de façon offensive la discussion avec les activistes dans le mouvement ouvrier et le mouvement de la jeunesse démocratique et révolutionnaire

Avant même la 3e conférence du parti, des études approfondies ont permis de jeter les bases de cette initiative:

Contre l'anticommunisme et l'antistalinisme, ,,Gegen die Strömung" a publié dans l'organe théorique «ROT FRONT» une étude approfondie sur la vie et oeuvre de Staline ainsi qu'une présentation des ,,Caractéristi-ques fondamentales de la société communiste" conformément aux idées et remarques théoriques de Marx, Engels, Lénine et Staline. Pour étayer la lutte toujours nécessaire et indispensable contre le révisionnisme moderne, l'ennemi principal du mouvement communiste, une étude importante sur la «Polémique» du PC de Chine contre le XXe Congrès du PCUS, sur sa direction fondamentalement correcte mais aussi sur ses demi-mesures et ses erreurs a été publiée. Ce travail approfondi entre dans le contexte de l'évaluation en deux volumes de l'œuvre de Mao Tsé-toung qui se défend contre la diffamation révisionniste mais qui est aussi pris sous l'aspect critique (en particulier pendant la période allant de 1955 à 1965).

Des progrès dans le travail théorique sur l'histoire du parti communiste en Allemagne ont été réalisés à partir de l'analyse de la fondation du KPD en 1918, de la fondation du SED en 1946 mais aussi à partir de la phase difficile de la lutte du KPD entre 1929 et 1933.

De même, il a été publié dans des tracts mensuels des études approfondies sur l'histoire de la guerre impérialiste allemande lors de l'agression contre l'Union Soviétique socialiste et une claire analyse des crimes de l'impérialisme allemand lors de la première guerre mondiale ainsi que lors des guerres coloniales en Chine et en Afrique avant la première guerre mondiale.

Bien sûr en Allemagne, l'attitude par rapport au génocide raciste perpétré par le fascisme nazi allemand contre la population juive et les Sinti et Roms joue un rôle important. Le travail d'explication sur ces thèmes dans la lutte contre l'impérialisme allemand et ses sbires opportunistes inclut la nécessité d'analyser et de combattre la propagande antisémite croissante. Les campagnes antisémites contre «les Juifs» et Israël ont été renforcées en Allemagne. Contre cela, «Gegen die Strömung» a établi dans deux prises de position de façon différenciée tant contre l'antisémitisme que contre l'instrumentalisation de «l'accusation» contre Israël dans lesquelles le droit d'existence de l'Etat Israël reste, où la politique criminelle de la classe dominante d'Israël a existé et existe encore et comment la population palestinienne se laisse dominer de plus en plus par des forces pro-impérialistes voire réactionnaires même ouvertement antisémites telles que le Hamas, le Djihad ou l'Hezbollah alors que VOLP, en raison de sa politique d'alliance avec ces forces, se basant sur des erreurs fondamentales depuis sa fondation, a perdu en grande partie de sa force démocratique et progressiste.

La déclaration fondamentale programmatique

présentée par la 3e conférence du parti se base sur les documents fondamentaux programmatiques du mouvement communiste mondial:

•   le «Manifeste du parti communiste» de 1848,

•   le «Programme du parti communiste de Russie (bolcheviks)» de 1919 et

•   le «Programme de l'Internationale communiste» de 1928.

Le point principal de la révision de ces documents pour en faire un document uniformisé était — eu égard au développement révisionniste contre-révolutionnaire dans les anciens pays socialistes — une élaboration plus détaillée des caractéristiques de la société communiste d'un côté, et des caractéristiques de la dictature du prolétariat comme consolidation poursuivie de la lutte des classes lors de la propagation de la démocratie socialiste d'un autre côté.

Dans les documents documents programmatiques

(thèses) sur la ligne politique et sur les questions de l'internationalisme prolétarien, le point essentiel des documents de la 3e conférence du parti se concentre sur l'élaboration claire de la lutte des ouvriers et des ouvrières dans un pays tel que l'Allemagne, une grande puissance impérialiste et un foyer de guerre impérialiste en soi, pour le regroupement prolétarien internationaliste modeste non arrogant avec tous les domaines du prolétariat mondial et l'alliance avec les peuples opprimés et sur la solidarité pratique avant tout avec les masses en lutte des pays exploités et opprimés par l'impérialisme allemand. Ici, au niveau idéologique, on met au pilori et on démasque la combinaison du chauvinisme européen et du chauvinisme allemand tel que l'impérialisme allemand le propage parmi la population en fonction de la conjoncture avec diverses manœuvres et avant tout ses variations de l'idéologie de la «race allemande des seigneurs». L'évaluation réaliste des luttes positives dans le monde entier comprend également l'évaluation d'un retard énorme du facteur objectif, une grande faiblesse des forces communiste agissant dans le monde.

Dans la deuxième partie des documents programmatiques (thèses) «Mort à l'impérialisme, au militarisme et au revanchisme allemands», la pré-histoire de l'impérialisme allemand — avec évaluation des analyses de Marx, Engels, Lénine et Staline — est présentée également contre les falsifications chauvines et révisionnistes de l'histoire pour ensuite résumer sans fardé l'histoire des crimes de l'impérialisme allemand jusqu'à aujourd'hui.

La pléthore de missions à réaliser dans la lutte conséquente démocratique et syndicale contre l'impérialisme allemand doit aussi, selon la conclusion décisive de cette partie, être également subordonnée, dans la lutte contre l'anticommunisme, à la préparation et à l'exécution de la révolution prolétarienne pour éviter de s'engouffrer dans le réformisme et le révisionnisme.

Par la suite, sur cette base, la troisième partie des documents programmatiques (thèses) «La voie fondamentale de la révolution socialiste dans l'Allemagne impérialiste» explique la signification décisive de l'hégémonie du prolétariat, la signification différenciée de ses partenaires d'alliance dans les différents moments de la révolution ainsi que le rôle dangereux de l'aristocratie ouvrière. Pour nécessaire que soit l'analyse de classe également selon des points de vue économiques de la masse des ouvriers en Allemagne, ce qui décide dans le fond — sur la base d'une stratégie et d'une tactique correctes — c'est la lutte des classes, quelles parties des alliés potentiels, avant tout à la campagne, peuvent être vraiment acquises à la cause ou simplement neutralisées.

Ici, la question de l'insurrection armée préparée de façon indépendante joue un rôle clé. En analysant tou-

tes les expériences faites jusqu'à maintenant des insurrections à direction communiste, il est clair selon les thèses que les forces armées de l'impérialisme allemand doivent être détruites dans leur essence même, qu'elles ne peuvent être acquises à la cause ou neutralisées car il s'agit de troupes de choc ou d'unités d'élite. Seule la classe ouvrière s'armant systématiquement dans des luttes militantes pourra vaincre dans la lutte armée, dans la lutte tout d'abord contre les concepts révisionnistes mais aussi contre les concepts du terrorisme individuel moralement compréhensible mais politique et idéologique condamnable.

Dans la lutte de préparation de la révolution prolétarienne, de l'insurrection armée, il est, selon les thèses, d'une importance primordiale de démasquer et de réfuter les discours de la «démocratie». Le parti communiste démasque le caractère mensonger de la «démocratie» bourgeoise parlementaire dans l'impérialisme, agit de façon conséquente et militante dans toutes les luttes quotidiennes démocratiques, propage la démocratie socialiste au sein de la dictature du prolétariat comme objectif réel avant le communisme et dans ces luttes, s'occupe de rassembler, d'éclairer et d'organiser les plus progressistes du prolétariat et dans le parti communiste.

Aux déclarations sur les missions idéologiques de la lutte pour le communisme scientifique s'ajoutent les documents programmatiques (thèses) sur le révisionnisme moderne qui reste le danger principal de la constitution du parti communiste. Dans une esquisse de l'histoire du révisionnisme de Bernstein et Kauts-ky en passant par Tito et Khrouchtchev (XXe Congrès du PCUS en 1956), il est insisté sur le fait de démasquer le révisionnisme de Brejnev qui revêt une importance particulière dans le monde comme idéologie de l'Union Soviétique social-impérialiste jusqu'à aujourd'hui parmi les restes de la bureaucratie du parti et au-delà.

Ici, un refus clair et net sans illusion est adressé aux caricatures actuelles révisionnistes à police étatisée du socialisme RP de Chine, RP de Corée et Cuba — ainsi qu'à ces forces en Allemagne qui se désignent sans analyse critique comme «maoïste» ou «partisan de Hodja» et qui ont abandonné les fondements de Marx, Engels, Lénine et Staline sur le communisme scientifique pour avoir une action réformiste et chauvine.

Une partie suivante importante des documents programmatiques (thèses) explique la nécessité du parti communiste, les phases de sa mise en place et les caractéristiques de sa vie intérieure — critique et autocritique, la lutte à l'intérieur du parti, le centralisme démocratique. La nécessité du développement de la théorie, du travail des cadres et du travail organisa-tionnel comme condition préalable à tout travail important dans la classe ouvrière, la mise en avant des cellules d'entreprise, la combinaison du travail légal et du travail fondamental illégal forment les points de départ pour mettre en avant le problème essentiel de la discipline communiste eu égard les falsifications révisionnistes. Le contenu, le communisme scientifique et la ligne idéologique et politique s'y basant, sont en tout cas prioritaires par rapport à la forme, l'organisation et la discipline qui, cependant, avec un fondement juste et une ligne juste, restent importantes et auxquelles on ne peut renoncer.

Il existe, en référence aux documents programmatiques (thèses) présentés a la 3e conférence de parti, de nombreux exposés (voir «ROT FRONT» n°3 et 4 relatifs aux questions de la construction du parti) voire par analyse des études établies ces huit dernières années, de nombreux exposés seront publiés en 2005 dans l'organe théorique «ROT FRONT».

Vu la campagne de haine mondiale des impérialistes et des révisionnistes prétendant que le communisme est définitivement mort, que les doctrines de Marx seraient définitivement réfutées et la pratique du prétendu «stalinisme» définitivement terminée, nous expliquons clair et net:

Nous sommes sur le sol du communisme scientifique tel que l'ont créé et développé Marx, Engels, Lénine et Staline.

C'était précisément l'application conséquente de cette théorie qui avait mené à la victoire de la révolution socialiste d'Octobre, à la consolidation d'un mouvement communiste mondial par des luttes grandioses, au renforcement de la dictature du prolétariat et à la mise en place du socialisme en Union Soviétique jusque dans les années 50.

Nous déclarons sans ambiguë: ce n'est pas l'application de la théorie de Marx, Engels, Lénine et Staline qui est la cause de la chute tout azimut des anciens pays socialistes et de démocratie populaire et des anciens partis communistes en Union Soviétique, en Hongrie, en Chine, etc. Au contraire, la vérité: la trahison des fondements de cette théorie scellée idéolo-giquement par la ligne du XXe Congrès du PCUS en 1956 — sous la direction des révisionnistes khroucht-chéviens, le morcellement et la révision des idées fondamentales du communisme sont les causes de l'anéantissement de la substance révolutionnaire du PCUS et des autres partis communistes, de l'anéantissement de la dictature du prolétariat et de la remise en place d'une dictature de la bourgeoisie.

Ce fut la condition décisive du développement contre-révolutionnaire, capitaliste en Union Soviétique sous un manteau apparemment socialiste et de la formation d'une grande puissance sociale-impérialiste. Les dignitaires du pouvoir, après Khrouchtchev et Brejnev, regroupés autour de Gorbatchev, Eltsine et co. ont pour finir fait tomber le masque du prétendu «socialisme», ils ont scellé la chute du camp révisionniste puis brandi ouvertement le drapeau de l'impérialisme sous les hurlements triomphateurs des impérialistes occidentaux.

Il est donc d'autant plus important d'étudier et de propager les points essentiels d'un programme communiste dans la tradition du mouvement communiste mondial comme base et points de départ de notre travail.

Car c'est la théorie du communisme scientifique qui a dévoilé l'essence du capitalisme et a prouvé et justifié la nécessité de la révolution socialiste sous la conduite du prolétariat, de l'anéantissement par les armes de l'ancien appareil d'Etat de la bourgeoisie, la dictature du prolétariat et la démocratie socialiste et l'objectif du socialisme et du communisme sur la base du matérialisme dialectique et historique.

Par cette voie, «Gegen die Strömung» salue toutes les forces vraiment orientées vers le communisme scientifique du monde entier, renforce le travail de traduction de ses propres publications et de ses bulletins résumés ainsi que la traduction de documents des forces à orientation communiste dans d'autres pays.

Nous assurons à tous les camarades luttant dans le monde entier contre l'impérialisme toute notre solidarité!

Vive le communisme!

Mort à l'impérialisme et à l'opportunisme

 

Décembre 2004

GEGEN DIE STRÖMUNG

Comments are closed.