Menu

  • collapseDeutsch (439)
  • collapseEnglish (63)
  • expandEspañol (65)
  • collapseFrançais (75)
  • expandItaliano (33)
  • expandNederlands (28)
  • expandOther Languages (8)
  • expandTürkçe (60)
  • expandРусский (20)

L'insurrection dans le Sud du Mexique, au Chiapas, au début de cette année fut pour les révolutionnaires du monde entier une lueur à une époque où U semble que l'impér

5-6/94 Mal-Juin 1994 / En Français Janvier 1995

L'insurrection dans le Sud du Mexique, au Chiapas, au début de cette année fut pour les révolutionnaires du monde entier une lueur à une époque où U semble que l'impér

L’insurrection dans le Sud du Mexique, au Chiapas, au début de cette année fut pour les révolutionnaires du monde entier une lueur à une époque où U semble que l’impérialisme mondialemènesurunlargefront une ofïensiveetqueles révolutionnaires sont battus
5-6/94 Mal-Juin 1994 / En Français Janvier 1995
Lesluttes révolutionnaires au Mexique donnent courage et prouvent une nouvelle fois que le système impérialiste ne peut pas résoudre ses propres contradictions et qu’avec une énergie élémentaire, les luttes des peuples peuvent à tout moment reprendre pour résoudre de façon révolutionnaire ces contradictions par le renversement et l’anéantissement du système impérialiste.
C’est pourquoi, ce mt pour nous une grandejoie que des représentai pour la constitution du Parti marxiste-léniniste de Turquie) et de”GegendieStrömung” eussent laposs&iHted’avoirunediscussio^ du “Movimiento Revolucionario de Mexico” (une rassemblement de sept organisations révolutionnaires delutte armée du Mexique). Des extraits de cette conversation sont reproduits ci-après.
L’insurrection au Chiapas Peux-tunousdécrireledébutetledéroulement de l’insurrection au Chiapas?
Dans la niât du31 décembre au lerjanvier,tôt ie matin, cinq villes du Chiapas ont été prises en même temps. C’est de là d’ailleurs que vient le nom du subcomandante Marcos. La première lettre de ces cinq villes: Las Margaritas, Altamirano, Rancho Nuevo, Comitán, Ocosingo, San Cristóbal de las Casas donnent le nom de Marcos. Ce sont en réalité six villes, mais nous n’avons pas réussi à prendre Comitán. Trois de ces villes comptent plusde 100.000habitants. On nous a souvent demandé si l’insurrection du Chiapas avaïtun rapport avec l’entrée en vigueur du traité de libre-échange nord-américain le 1 er janvier. Marcos a donné uneinterview àce sujet, il adhquel’ effet de surprise était le plus important lors de cette action. On a donc choisi le 31 décembre pour commenced’insurrection caries soldats et les policiers se soûlent le plus souvent le jour de la Saint Sylvestre. B ce fut également le cas. C’est la raison pour laquelle il ne fut pas possible d’envoyer rapidement des troupes de Mexico. Ce n’est que le 2 janvier que furent envoyées les premières unités de l’armée.
On a choisi l’Etat fédéral du Chiapas et ces villes pour déclencher l’insurrection car l’un des objectifs le plus important était de montrer au monde entier les conditions danslesquelIesnous,le peuple, nousdevons vivre et, nous devions donc assener à l’Etat un coup tel qu’il ne puisse le masquer.
Au Chiapas travaillent également des organisations non-gouvernementales venant des EtatsUnis et d’Europe. En outre,San Cristóbal estune grande attraction touristique. Lorsque San Cristóbal a été prise, il y avait des centaines de touristes dans la ville. C’est laraison pour laquelle l’Etat mexicain nepouvait pas masquernon plus cet insurrection. Cependant, il n’était pas prévu d’occuperces villes àlong terme. L’EZLN voulait tout d’abord porter un coup à l’Etat mexicain devant le monde entier puis se retirer. Ensuite commença uneretraiteordonnéeicelaaégalement marché, mais à Altamirano, nous avons eu quelques morts àdéplorer car la situation avait été mal estimée. Contrairement à ce que nous pensions, l’armée avait envoyé des troupes par l’Etat de Tabasco et qui sont ainsi arrivées à Altamirano plus vite que prévu.
Quelques camarades ont dû rester dans la ville pour protéger la retraite de la population civile également, surtout des tireurs d’élite qui ont empêché l’armée d’entrer dans la ville. Mais parla suite.l’annéearéussiàencercler les camarades, ils ont tous été abattus – ils étaient 42.(…)

Comments are closed.