Menu

  • collapseDeutsch (439)
  • collapseEnglish (63)
  • expandEspañol (65)
  • collapseFrançais (75)
  • expandItaliano (33)
  • expandNederlands (28)
  • expandOther Languages (8)
  • expandTürkçe (60)
  • expandРусский (20)

Apprendre de la lutte exemplaire des personnes privées d'emploi en France!

_Février 1998/En français Mai 1998

Apprendre de la lutte exemplaire des personnes privées d'emploi en France!

Apprendre de la lutte exemplaire des personnes privées d’emploi en France!
_Février 1998/En français Mai 1998
Déclencher la lutte contre le chômage de masses et ses causes capitalistes!
Pour d es millions de personnes en Allemagne comme en France, en Espagne, en Italie, cuTurquie, en Pologne etc. règne aujourd’hui un chômage qui continue d’augmenter et qui entraîne une misère toujours plus grande des masses. Différentes démagogies réactionnaires sont répandues pour enjoliver et justifier cela, et avant tout pour empêcher toute contestation combative à cet égard. Ainsi, le chômage en masses est présenté comme n’étant rien qu’une sorte de “panne” passagère du capitalisme, qu’il pourrait réparer. Ou alors, il est fait comme si l’introduction de nouvelles techniques et machines était “en soi” la cause du chômage. D’année en année et d’un nioisâl’autre. desm asses comprenant des millions de personnessont consolées ainsi: Seulement, en ce moment, “aucun revirement” ne serait “encore” visible. En liaison avec cela est propagé le point eie vue chauvin-raciste que la racine du “manque de travail” se trouverait dans la “surpopulation” avant tout des pays dépendants, ce qui culmine dans ie slogan nazi “Dehors les étrangers!”. En même temps, la situation des personnes privées d’emploi est aggravée au coup par coup par des d été rio rations draconiennes. Ce faisant, les profiteurs capitalistes jouent sur l’isolement des personnes privées d’emploi, qui seraient prétendument livrées, impuissantes devant ime telle situation et qui n’auraient prétendument aucune chance non plus d’obtenir la solidarité des ouvrières et des ouvriers ayant un emploi ainsi que d’autres travailleurs et travailleuses. Mais, en France, des dizaines de milliers de personnes privées d’emploi ont dit “Assez” et ont entame la lutte contre cela. Elles prouvent qu’il est possible de lutter, de faire La lutte des personnes privées d’emploi en France Eu France, il y a en ce moment officiellement environ 3,2 millions d’êtres humains déclarés comme “sans-travail”, cela fait 12,4^ de la partie de la population capable de gagner sa vie.1 Eu réalité, Ì1 y a près de 7 millions de personnes privées d’emploi en France: 3,2 millions de personnes privées d’emploi, un million de personnes recevant une aide sociale, un million de personnes pré-retraitées. 2.S millions de contrats de travail précaires el un demi-million déjeunes qui ne trouvent pas d’emploi.2 La personne qui est jetée sur le pavé par les capitalistes sombre très rapidement dans une profoade misère. Les personnes privées d’emploi touchent tout d’abord 70% de leur dernier salaire comme allocation-chômage. Tous les quatre mois, l’allocation chômage baisse de i7í<?, jusqu’à ce qu’il ne reste plus rien. Il ne reite alors plus que la soi-disant “Aide de solidarité” ou l’aide sociale RM!, cela fait entre 650 et 700 DM par mois. En ce moment, ceux et celles en dessous de 25 ans ne reçoivent môme pas d’aide sociale.-’ Plus d’un tiers des personnes qu: sont privées d’un emploi l’est déjà depuis plus d’un an.J Au moins 500 OOO personnes privées d’emploi sont dépendantes de “l’aide-solidarité” de 2.300 francs (650 DM) par mois, un million le sont du “Revenu Minimum d’Insertion” (aide sociale) encore plus has.s D’après une étude, en France aujourd’hui, ce sont en. tout 6 millions d’êtres humains qui doivent vivre des aides-chômage et sociales, des retraites minimum et des aides-handicapés.
S’ajoutent àcelaencore 2,8 millions “d’ouvrières el d’ouvriers dans la misère” qui. bien qu’ayant un emploi, la plupart du temps a temps partiel, gagnent moins de 5000 francs (1.490 DM) par mois, en gros. il”e de la popuiation vivent en dessous du seuil officiel de pauvreté d’environ 3.300 francs (à peu près 970 DM).’ En plus de cela, il y a des milliers d’êtres humains “sans papiers”, c’est-à-dire dont l’existence en France est déclarée “illégale” du fait que les papiers pour leur présence Ségale leur sont refusés. Ceux-ci doivent souvent vivre depuis des années de la solidarité de leurs collègues femmes et hommes ou bien travailler “au noir”.
Constamment menacés d’expulsion, leur situation ((…)

Comments are closed.