Menu

  • collapseDeutsch (439)
  • collapseEnglish (63)
  • expandEspañol (65)
  • collapseFrançais (75)
  • expandItaliano (33)
  • expandNederlands (28)
  • expandOther Languages (8)
  • expandTürkçe (60)
  • expandРусский (20)

20 ans après la lutte pour imposer la semaine de 35 heures, le capital monopoliste allemand multiplie ses attaques contre les conditions de travail et de vie de l'ense

fr-bul-2004-03

20 ans après la lutte pour imposer la semaine de 35 heures, le capital monopoliste allemand multiplie ses attaques contre les conditions de travail et de vie de l'ense

20 ans après la lutte pour imposer la semaine de 35 heures, le capital monopoliste allemand multiplie ses attaques contre les conditions de travail et de vie de l’ensemble de la classe ouvrière:
La lutte des ouvrîrs et ouvrières de DaimlerChrysler en juillet 2004 “Avec les plus grandes actions de protestation des dernières années, des grèves prévues à court terme, des manifestations et des blocages de routes, des dizaines de milliers de ouvrirs et ouvrières ainsi que d’autres travailleurs de différentes usines de DaimlerChrysler ont lutté en juillet 2004 contre l’accentuation annoncée de Vexploitation par le biais y ‘économies de coûts ‘de 500 millions d’euros par an. Des manifestations de solidarité ont été organisées non seulement par le personnel et leurs représentations d’autres entreprises en Allemagne mais aussi d’autres pays. Tout cela a inquiété non seulement ces messieurs de DaimlerChrysler mais aussi le chancelier fédéral Schröder et les autres administrateurs politiques du capital monopoliste allemand. Les médias bourgeois se sont efforcés de taire complètement les protestations dans les entreprises et dans la rue ou de les réduire à des faits marginaux Certes malgré une ‘garantie de travail jusqu ‘en 2012′ plus que douteuse, les capitalistes monopolistes de DaimlerChrysler ont pu tout d’abord en grande partie imposer leur pillage de 500 millions.
Ici, une nouvelle fois, ils ont pu compter sur la direction du syndicat et de leur appareil qui avait même proposé de son propre chef dés le début un renoncement de 180 millions. Cela n ‘a rien changé au fait que des dizaines de milliers de ouvrirs et ouvrières ont donné un signal de lutte à l’ensemble de la classe ouvrière contre le chantage et la politique de division des capitalistes monopolistes dans l’une des plus importantes entreprises du capital monopoliste allemand. Il s’agit ici de souligner ce fait, sans enjoliver la situation, et avant tout contre le étouffement, la résignation et la capitulation.
Les expériences de ces luttes renvoient à la né cessité et aux missions d’un rassemblement indé pendant des collègues les plus combattants et les plus progressistes. Ce rassemblement de lutte est nécessaire non seulement pour le développement de la lutte de défense impérative contre le renfor cement de l’exploitation et l’oppression mais sur tout pour la perspective révolutionnaire de la lutte pour la destruction du système d’exploitation ca pitaliste même.” m Actions de lutte des ouvrirs et ouvriè res de DaimlerChrysler “DaimlerChrysler a menacé de licencier 6000 ouvrirs et ouvrières à Sindelfingen et de délocali ser la production vers Brème ou l Afrique du Sud…” au cas où “l’objectif d’économies de coûts” de 500 millions d’euros ne serait pas atteint. Contre cette menace, ce sont env. 10.000 ouvrirs et ouvrières qui ont lutté du 3.7 au 21.7.2004.
“Un élément particulièrement important était: la tentative de DaimlerChrysler de dresser les person nels les uns contre les autres par des mesures de chantage n’a pu empêcher la lutte commune de commencer. On assista bien vite à des actions de protestations dépassant le cadre de l’entreprise, des grèves déclenchées à court terme, des manifesta tions, des blocages de routes et des assemblées d’en treprise…” Par la suite, la lutte et les actions de protestation sont décrites.
■ Déclarations de solidarité Pendant la grève, un grand nombre de ouvrirs et ouvrières d’autres entreprises ont témoigné leur so-(…)

Comments are closed.